Valider
 
Patrimoine
La cathédrale Saint Luperc
La cathédrale Saint Luperc
Au point culminant de la colline, centre de la ville actuelle, cet édifice imposant sculpte sur l’horizon la charmante silhouette d’Éauze. Le commanditaire est le grand prélat Jean Marre, nommé prieur d’Éauze en 1463 ...
+ d'infos

Au point culminant de la colline, centre de la ville actuelle, cet édifice imposant sculpte sur l’horizon la charmante silhouette d’Éauze.

La cathédrale Saint Luperc

Le commanditaire est le grand prélat Jean Marre, nommé prieur d’Éauze en 1463, visiteur de Cluny pour toute la Gascogne, qui fit jaillir ce vaisseau reconstruisant la priorale bénédictine d’Éauze sur le site de l’église romane dédiée depuis le XIème siècle à Saint-Luperc. Ce grand bâtisseur contribua à la construction d’un grand nombre d’édifices parmi lesquels les cathédrales d’Auch et Condom ou la petite église de Luzanet.

La cathédrale d’Éauze se rattachant à la tradition du gothique toulousain est le premier édifice de style gothique flamboyant en Gascogne centrale, modèle influençant les petites églises voisines de l’Armagnac.

Majestueuse par son élancement, elle mesure 50,60 m de long pour 18 m de large et une hauteur de 21,65. La nef unique de sept travées bordée de chapelles profondes placées entre les contreforts, se prolonge par un chœur pentagonal à pans coupés mis en lumière par les vitraux, les verrières et les peintures de Nicolas Greschny. Les verrières du chœur et du mur méridional furent refaites par Jean-Baptiste Anglade, peintre verrier de Paris natif d’Éauze de 1868 à 1878.

Harmonie, spiritualité, douceur naissent de l’architecture et de la lumière uniques de cet édifice où le maître d’œuvre expérimente un voûtement audacieux tout en conservant dans la nef les hautes fenêtres étroites.

La verticalité est accentuée par la nudité des murs. Des demi-colonnes engagées dans les piliers s’élancent d’un seul jet sans chapiteaux vers la voûte d’ogives, rejoignant arcs diagonaux, doubleaux et formerets, participant à l’audace et à la beauté du lieu.

La cathédrale Saint Luperc

L’harmonie colorée délicate de la brique et de la pierre témoigne de la capacité des maçons gascons innovant et réemployant des matériaux venant de l’antique cité gallo-romaine d’Élusa, moellons calcaires, marbre, briques et tegulae…ajoutant au mystère et à la profondeur de cette église paroissiale.

En tribune au fond de la nef, l’orgue de Daublaine et Callinet livré avec dix jeux en 1843 puis étendu à 14 jeux en 1873 par les facteurs Magen est un petit instrument de transition entre le post-clacissisme et ce que sera plus tard l’orgue symphonique. Les sons et l’acoustique remarquables de ce petit orgue sont prisés par tous les organistes.

La rosace du mur occidental a été restaurée en 2009.

Cette église Saint-Luperc voulue par Jean Marre somptueuse comme une cathédrale a reçu ce titre honorifique de l’évêque du diocèse d’Auch sous le Second Empire. Cette appellation reste symbolique : elle rappelle l’antique Élusa, capitale de la Novempopulanie au IVème siècle, siège du métropolitain jusqu’au VIIème siècle et même lieu de conciles.


Masquer

La maison des Consuls
La maison des Consuls
Vielle maison du XVème siècle. Cette maison contemporaine de Jeanne d'Albret se situe dans la rue Bistouquet. Hôtel particulier haut perché, la maison dite des "consuls" est agrémentée d'un ...
+ d'infos
La maison des Consuls

Vielle maison du XVème siècle. Cette maison contemporaine de Jeanne d'Albret se situe dans la rue Bistouquet.

Hôtel particulier haut perché, la maison dite des "consuls" est agrémentée d'un fenêtrage soigné et souligné par des appuis en corbeille évasée.

Sur le premier niveau en maçonnerie, les étages sont en encorbellement et la façade reçoit une riche décoration.


Masquer

Les Arènes Nimeno II
Les Arènes Nimeno II
Les arènes de style andalou d'Éauze ont été construites par les services municipaux de la ville et inaugurées en 1982. La construction s'est effectuée dans le respect de la tradition (utilisation de briques rouges, de tribunes ...
+ d'infos
Les Arènes Nimeno II

Les arènes de style andalou d'Éauze ont été construites par les services municipaux de la ville et inaugurées en 1982.

La construction s'est effectuée dans le respect de la tradition (utilisation de briques rouges, de tribunes en fer forgé ornées de blasons représentant les différents fers des élevages de taureaux braves les plus réputés d'Espagne).

D'une capacité de 4000 places, les arènes accueillent en été des spectacles, des courses landaises et des corridas.


Masquer

La maison de Jeanne d'Albret
La maison de Jeanne d'Albret
Nommée ainsi parce qu'elle fut achetée par la mère d'Henri IV, Jeanne d'Albret. En effet, cette famille royale s'arrêtait souvent à Éauze lors de ses voyages entre le Béarn et Nérac.
+ d'infos
La maison de Jeanne d'Albret


Nommée ainsi parce qu'elle fut achetée par la mère d'Henri IV, Jeanne d'Albret. En effet, cette famille royale s'arrêtait souvent à Éauze lors de ses voyages entre le Béarn et Nérac.

Cette belle façade à colombages est classée aux monuments historiques.

Elle était parée de fleurs de Lys sculptées qui furent rabotées pendant la Révolution.


Masquer

L’Office de tourisme et du thermalisme du Grand Armagnac
L’Office de tourisme et du thermalisme du Grand Armagnac
La tradition des pans de bois. Ancien magasin de tissus, cette magnifique demeure urbaine a été récemment aménagée en Office de tourisme et du thermalisme du Grand Armagnac par la ville d’Éauze. La façade typique du XVème siècle est ornée de colombage en torchis et ...
+ d'infos
L’office de tourisme





La tradition des pans de bois. Ancien magasin de tissus, cette magnifique demeure urbaine a été récemment aménagée en Office de Tourisme par la ville d’Éauze.

La façade typique du XVème siècle est ornée de colombage en torchis et en briques sur une armature en bois.

Les étages supérieurs laissent apparaitre les décharges en croix de Saint-André et le hourdis de briques.


Masquer

Chateau d'eau Impérial
Chateau d'eau Impérial
Ce château d’eau conçu sous le Second Empire et achevé en 1870 est l’œuvre d’Henri de Sardac médecin et maire. Située sur le plateau des Capots, avenue des Pyrénées ...
+ d'infos
Chateau d'eau Impérial

Ce château d’eau conçu sous le Second Empire et achevé en 1870 est l’œuvre d’Henri de Sardac médecin et maire. Située sur le plateau des Capots, avenue des Pyrénées, cette réserve alimentée par l’eau de source du Lauron, captée par un bélier hydraulique, desservait quatre fontaines, faisant d’Éauze l’une des premières villes de France à bénéficier d’adduction d’eau potable.

Une élégante façade en pierre, encadrée par deux jambes moulurées supportant la corniche avec petite porte cintrée en fonte ornée d’un décor marin, d’un bélier, d’une corne d’abondance, sculptée par des artistes parisiens, témoigne de la prospérité élusate et peut-être du soutien impérial.

On peut y observer les Armes d’Éauze et l’inscription « Agitat diffide ».


Masquer

Lavoirs et fontaine
Lavoirs et fontaine
Le lavoir de Camarade est une des étapes du circuit « au fil de l’eau ». C’est le premier lavoir communal élusate projeté sous le Second Empire en 1861 et construit
+ d'infos
Lavoir de Camarade

Le lavoir de Camarade est une des étapes du circuit « au fil de l’eau ». C’est le premier lavoir communal élusate projeté sous le Second Empire en 1861 et construit dans une époque préoccupée par le manque d’eau, l’hygiène et la salubrité publique.

La fontaine publique proche du Portal de Carbonas appelée « hont de Touailles » dans le livre-terrier de 1667 est certainement très ancienne. Au XXème siècle, malgré ses voûtes et son appareil de tradition médiévale, elle est dite « romaine ». Ainsi en 1924, la Commune d’Éauze budgétisa 800 francs pour « commencer la construction d’un lavoir au nord de la fontaine dite romaine près de l’abattoir ».


Masquer

Les églises
Les églises
Comme à Saint Amand, l'édifice de culte originel, sur un site antique, a été détruit et l'église est reconstruite sur un nouvel emplacement, par Léopold Gentil, architecte départemental, en 1867 ...
+ d'infos
ÉGLISE SAINT MICHEL DE PLÉOU ÉGLISE SAINT MICHEL DE PLÉOU

Remontant sans doute à l'époque romane, mais largement remaniée, l'église de Pléou (du latin "plebs" = paroisse) est construite au milieu des vignes.

Le sobre clocher quadrangulaire, en avancée par rapport au mur de façade ouest, reçoit une flèche triangulaire. L'entrée se fait, sous porche, par le sud. Avec la sacristie débordante au nord, l'église possède un chevet semi-circulaire plus ancien, formant rétrécissement par rapport à la nef.


EGLISE DE SAINT AMAND EGLISE DE SAINT AMAND

Comme à Maignan, l'édifice de culte originel, sur un site antique, a été détruit et l'église est reconstruite sur un nouvel emplacement, non loin de l'entrée d'Éauze, par Léopold Gentil, architecte départemental, en 1856.

A l'ouest, le clocher de même style (reconstruit en 1957), qui masque la façade, s'ouvre d'un porche avec décor peint d'arcatures en trompe l'œil ; il se couvre d'un massif de plan carré à contreforts, surmonté d'une flèche à double pente.


EGLISE SAINT LAURENT DE MAIGNAN EGLISE SAINT LAURENT DE MAIGNAN

Comme à Saint Amand, l'édifice de culte originel, sur un site antique, a été détruit et l'église est reconstruite sur un nouvel emplacement, par Léopold Gentil, architecte départemental, en 1867. Elle offre, avec le cimetière en balcon, un point de vue agréable sur la campagne environnante et ses vignobles.

A l'ouest, le clocher étroit, de plan carré, est desservi par une tourelle au sud. Il masque la façade, qui s'ouvre d'un porche au rez-de-chaussée, et se couronne d'une flèche élancée à petits clochetons pyramidaux.


Masquer

RANDO ELUSA A MIMIZAN Dimanche 27 Août : Rando à l'océan ...
Suite ...
Mairie Cinéma Brochures